epoksi zemin kaplama bariyer mantar bariyer istabul epoksi l koltuk takımı nice türkiye bft elektronik sigara pili evden eve nakliyat Kurumsal seo gebze evden eve nakliyat nice türkiye otomatik kepenk Dış cephe mantolama ataşehir escort porno izle escort eskişehir escort kayseri şirinevler escort halkalı escort ankara escort ankara escort kocaeli escort izmit escort L’axe “Instrumentation de gestion”
Photo Gregor
 
L’axe “Instrumentation de gestion” PRINT

Projet scientifique

Responsable scientifique : PATRICK GILBERT

La gestion est une pratique instrumentée, le gestionnaire faisant usage de nombreux outils et techniques. De sorte que gestion, outils et gestionnaires sont fortement liés dans une « technologie de gestion ». Ce domaine ne fait pas pourtant pas l’objet de l’activité de recherche qu’il mérite. Qu’il s’agisse de comptabilité financière, de contrôle de gestion, de gestion des ressources humaines ou de management des opérations, l’instrument de gestion est indissociable de la pratique et de son évolution, et il reste pourtant un acteur assez largement ignoré.
 
L’entrée dans la gestion par ses techniques et instruments présente aussi un intérêt méthodologique pour la recherche. Au milieu d’autres éléments (idéologies, politiques, pratiques, règles de gestion…), l’instrument de gestion est une composante du système de gestion ; mais une composante pas comme les autres. Face à la complexité des phénomènes humains dans les organisations, l’outil permet d’allier la concentration sur un objet d’étude précis et ce qu’on pourrait appeler un « intérêt ouvert » sur les relations que cet objet entretient avec son contexte. Parce qu’il est visible, l’instrument de gestion facilite l’observation, il est aussi délimité dans l’espace et dans le temps. Dans l’espace, l’instrument de gestion est bien localisé, ses frontières et sa géométrie sont apparentes. C’est un objet qui vit au niveau « micro », tout en ayant de nombreux liens avec le contexte interne et l’environnement, le niveau « macro ». Dans le temps, il y a eu un avant, un point d’émergence, un parcours jalonné d’étapes (la création de l’outil, sa diffusion, sa mise en œuvre, ses transformations éventuelles …). L’instrument de gestion apparaît donc comme un moyen d’analyse des articulations de niveaux micro et macro, comme un passeur : porteur d’une double polarité, il facilite les changements d’échelle et contribue à l’intégration des deux niveaux.
 
Les chercheurs travaillant sur cet axe entendent « déborder » l’approche techno-centrique de la gestion (i.e. sa réduction à un ensemble de techniques et d’outils), dans une perspective socio-centrique qui s’attache à comprendre le rôle des instruments de gestion dans la genèse, le fonctionnement et le renouvellement des pratiques de gestion et plus largement de l’action collective dans les organisations. Il ne s’agit pas d’étudier les outils en eux-mêmes, mais de les envisager insérés dans la dynamique de l’organisation, c’est-à-dire son fonctionnement et ses transformations. Pour accéder non seulement aux instruments, mais à leurs usages situés, les chercheurs privilégient l’enquête de terrain : recherche-intervention, recherche sur l’action (entretiens individuels et collectifs, observation participante, analyse de contenu ; étude de cas simple ou multiples).

 

Activités

Les membres de l’axe participent aux réunions mensuelles du Gregor et assurent un partage d’expérience dans le cadre des différentes actions menées au sein de l’axe.

Ces activités se font également en lien avec d’autres laboratoires de recherche, en particulier le CRG (laboratoire principal de rattachement de N. Raulet-Croset, collaboration P. Gilbert avec Lise Gastaldi) et le Lise-CNAM (J.L. Laville), et avec d’autres institutions du monde académique et professionnel (l’AGRH et l’atelier thématique "L'instrumentation de la gestion par les compétences" ; l’ANACT et la participation de P. Gilbert aux travaux de l’axe « Organisation et technologie » ; Entreprise&Personnel et la participation de P. Gilbert aux travaux sur la gestion des experts et chercheurs ; l’AFITEP -Association Francophone de Management de projets – et la participation de Christine Triomphe à son Conseil d’Administration, etc.).