Photo Gregor
 
Le perception du climat organisationnel. Une analyse des facteurs de contingence. PRINT
Auteur(s) : M. GOLIK
Thése de l'université Paris I Panthéon Sorbonne : 15/12/2005 - Paris
Sous la direction de : Allouche José
Jury : Jacques Igalens , Jean-Yves Le Louarn, Alain Roger , Géraldine Schmidt
Résumé / Abstract :

Le climat organisationnel, défini comme les perceptions partagées sur les politiques, les pratiques et les procédures de l'organisation, n'est pas une donnée établie. En effet, il s'agit d'un phénomène de perception, fruit d'une construction sociale où interviennent de multiples facteurs en interaction. En raison de ces facteurs, la perception du climat de l'entreprise est hétérogène. Partant de ce constat, l'objectif de cette étude est d'analyser un sujet peu abordé dans la littérature organisationnelle : les facteurs de contingence qui affectent la perception du climat organisationnel, chez une population de salariés-cadres et assimilés cadres travaillant dans des entreprises en France. Trois questions principales guident cette recherche. Quels sont les facteurs de contingence individuels, de situation et organisationnels qui influencent le climat de l'organisation ? Quels sont les aspects du climat les plus sensibles aux différents facteurs de contingence ? Quelles sont les formes typiques des perceptions du climat qui structurent l'univers des salariés-cadres diplômés en France au début des années 2000 ? Notre recherche présente un caractère multidisciplinaire car le sujet se place au carrefour de plusieurs disciplines : la psychologie, la sociologie, la psychosociologie, etc. L'échantillon est composé des salariés-cadres et assimilés cadres en formation continue à l'Institut d'Administration des Entreprises de Paris (n = 512). L'outil de mesure utilisé est un questionnaire original composé de 143 items mesurés avec une échelle de Likert de 6 points. Les analyses bivariées démontrent une influence prépondérante du sexe, de la taille et du domaine d'activité. Ces résultats sont confirmés par une analyse multivariée (régression logistique multinomiale). Les dimensions du climat les plus influencées sont, en premier lieu, « la formation et valorisation des compétences », et en second lieu, et à contribution égale, « le caractère stimulant de la tâche », « l'équité interne et externe de la rémunération » et « la relation récompenses-performance ». Ces résultats représentent des enjeux importants non seulement pour les mesures du climat, mais aussi pour les politiques qui en découlent. Le climat est un phénomène multifactoriel endogène et exogène. A l'origine de toute enquête destinée à l'évaluer, nous retrouvons toujours la complexité. Cette complexité serait due à la participation interactive et cinétique d'une myriade de forces déterministes et stochastiques dans la genèse du climat organisationnel. Mots-clés : climat organisationnel, perception, facteurs de contingence, salariés-cadres, mesures du climat.

*-*-*

The organizational climate, defined as the shared perceptions about policies, practices and procedures of the organization, is not an established data. Indeed, it is a phenomenon of perception, consequence of a social construction where participate multiple factors in interaction. Because of these factors, the perception of the organizational climate is heterogeneous. On the basis of this report, the aims of this study is to analyze a largely unexplored subject: the contingency factors which affect the perceptions of the organizational climate, at a population of white-collar workers working in companies of France. Three principal questions guide this research. Which are the individual, situational and organizational contingency factors? Which are the climate aspects most sensitive to the various contingency factors ? Which are the typical forms of perceptions of the climate which structure the white-collar workers univers in France, at the beginning of the years 2000? Our research presents a multidisciplinary character because the subject is placed at the crossroads of several disciplines : psychology, sociology, sociopsychology, etc. The sample is composed of white-collar workers doing a postgraduate program at the Institut d’Administration des Entreprises of Paris (n=512). The measuring instrument used is an original questionnaire composed of 143 items measured with a scale of Likert of 6 points. The bivariate analyses show a dominating influence of the sex, the company size and the sphere of activity. These results were confirmed by a multivariate analysis (multinomial logistic regression). The most influenced climate dimensions are, first, « la formation et valorisation des compétences », and then, with equal contribution, « le caractère stimulant de la tâche », « l'équité interne et externe de la rémunération » and « la relation récompenses-performance ». These results represent important stakes not only for measurements of the climate, but also for the policies which result from this. The climate is a multifactorial phenomenon endogenous and exogenous. Al the beginning of every research intended to evaluate it, we always find complexity. This complexity would be due to the interactive and kinetic participation of a myriad of deterministic and stochastic forces in the genesis of the organizational climate. Key-words: organizational climate, perception, contingency factors, white-collar workers, measures of climate.


Citer cette référence :
M. GOLIK (2005), "Le perception du climat organisationnel. Une analyse des facteurs de contingence.", Thèse de doctorat de l'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, France